Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/08/2009

Bella ciao

Etant originaire de La Louvière, mon coeur a toujours un peu battu pour l'Italie. Pour les ceusses qui ne connaissent pas la ville et la région du Centre, il vous faut savoir qu'après guerre, un nombre très important d'Italiens ont émigré vers le Hainaut et la province de Liège (suite à des accords bi-latéraux entre les 2 pays). Mais dans la région du Centre leur concentration et leur présence est bien plus importante que dans les autres régions concernées. Petit à petit, il y a eu une double intégration des 2 populations. De nombreux Belges adoptant des habitudes italiennes ; la cuisine en premier lieu. Ce n'est pas étonnant. En effet, on y trouve une multitude de restaurants italiens, de magasins d'importation, de commerçants italiens. En plus, il faut être rudement difficile pour ne pas apprécier la cuisine italienne. J'ai déjà parlé de la richesse et de la finesse des cuisines française et japonaise, la cuisine italienne n'a pas grand chose à leur envier, pour autant qu'on ne s'arrète pas aux spaghettis sauce bolo de l'Aldi et aux pizzas surgelées. Chacun y trouvera quelque chose à son goût. Celui qui vous dira le contraire est un menteur, ou bien il n'y connaît rien (je sais, je suis parfois un peu trop carré, mais en matière de cuisine je ne plaisante pas).

Bref, tout cela pour dire que j'apprécie énormément cette cuisine, qu'il est très rare que je ne mange pas italien durant la semaine et que hier, j'ai découvert un nouveau restaurant italien.

Il s'agit du Mulino Bianco, situé au Roeulx. On y sert une cuisine très honnête, variée et fraîche. Si on y trouve des pizzas que je n'ai pas encore goutées, on peut aussi se voir servir des plats plus élaborés comme des tranches de boeuf servies avec roquette et parmesan, ou des assiettes de pâtes (servies en entrée ou en plat) telles que des linguine à la crème safranée et scampis ou des variations de raviolis... Tout cela accompagné d'une carte de vin ultra complète et pour un prix raisonnable.

En parlant de restaurant italien, je ne peux résister à vous parler du Marco Polo à Frameries. On est tout à fait dans le même type de restaurant. Cadre agréable, service professionnel et carte variée accompagnée de suggestion. Je conseille aussi les pizzas. Elles sont faites selon la recette de la nonna. Donc pâte plus épaisse, garniture généreuse et cuisson dans un moule à tarte (en effet, chez les italiens, les pizzas servies en famille sont bien souvent épaissse et moelleuses).

 

http://www.mulinobianco.be/

http://levifresto.rnews.be/fr/style-de-vie/restaurants/fiches/marco-polo/restaurant-1194479880222.htm

27/08/2009

Nippon, ni mauvais

Oui, je sais, le jeu de mot est éculé et en plus, il ne représente même pas ma pensée car j'apprécie énormément la cuisine japonaise. Mais bon, je n'avais pas trop envie de me creuser la tête pour trouver un autre titre.

Donc, comme vous l'avez compris, je vais parler un peu de cuisine japonaise. A mon sens, il s'agit d'une cuisine fantastique (pas moins, elle mérite les superlatifs). Inventive mais qui a su préserver la tradition, fine, équilibrée, savoureuse, qui permet toutes les audaces... Pour moi, la seule cuisine capable de rivaliser avec la cuisine française.

ouverture de parenthèse : je ne suis pas Français et mon but n'est pas d'encenser une cuisine ou une autre. Mais à mon avis, les bases de la cuisine telle que nous la connaissons (cuisson des viandes, des légumes, utilisation des fonds de sauce, service, ...) ont été codifiées par la cuisine française. Il s'agit donc d'une école, d'un type de cuisine. Fermeture de la parenthèse.

Revenons donc à nos moutons. La cuisine japonaise est un must. Pendant très longtemps elle est restée cantonnée sur son île, mais depuis une dizaine d'années, elle s'exporte franchement vers nos contrées et on ne peut que s'en féliciter. Cela permet aussi de se rendre compte que la cuisine asiatique ne se limite pas à des fritures ou autre poulet aigre-doux ou canard laqué (en tous cas, c'est l'image qu'on en a).

Prenons les suchis par exemple. On atteint des sommets pour ce qui est de la simplicité, du dépouillement et pourtant de la richesse, de l'harmonie. Tout ce qui est superflu est éliminé, ne reste que la quintessence des goûts.

Les cuissons des aliments sont vives et rapides, cela permet de préserver les goûts, les saveurs et les éléments nutritifs. Oui, car j'avais oublié de le dire, la cuisine japonaise est particulièrement saine (des scientifiques étudient d'ailleurs activement le régime dit d'Okinawa).

et là, vient maintenant mon coup de gueule. Ho, pas un gros coup de gueule, mais quand même... En effet, si maintenant, il est très facile de trouver un resto japonais abordable et convenable à Bruxelles par exemple, ça devient beaucoup plus compliqué en-dehors de la capitale.

Soit, on se retrouve à des restaurateurs chinois qui proposent quelques erszat de suchis, soit on tombe sur une chaîne de resto au noms de villes japonaises qui propose une cuisine sur plaque chauffante devant les convives. Si la nourriture est honnête (je ne parle pas des suchis cependant), les prix sont pour le moins surfait.

Alors, je demande à quand des suchis -bar en-dehors de Bruxelles, à quand une cuisine japonaise abordable....

25/08/2009

coquillages et crustacés

Depuis un an, j'ai découvert l'Oesterput (l'huitrière) à Blankenberge.

Comme son nom l'indique, il s'agit d'un ancien marchand d'huître qui s'est converti progressivement en restaurant spécialisé dans les coquillages et les crustacés. Il est maintenant devenu une référence en Belgique, à tel point que Pierre Wynants (ancien chef 3 étoiles du Comme chez soi pour les béotiens) l'avait choisi dans les restaurants qu'il présentait lors d'une émission de la RTBF.

En général, lorsqu'il y a du homard à la carte, le restaurant dispose d'un aquarium où l'on compte une dizaine de homard plus ou moins faméliques. Ici, il s'agit d'une véritable piscine qui contient plusieurs dizaines de homard. Le choix et la fraîcheur sont donc au rendez-vous.

L'endroit est assez sympathique. il s'agit d'une sorte de hangar où l'on mange à la bonne franquette. l'ambiance est très décontractée. Il s'agit quand même d'une ancienne huitrière ; pas de moquette, nappe en papier, cuisine à la vue de tous...

les produits proposés sont de première fraîcheur. Le homard se vend au poids. Vu le choix, on peut tenter toutes les audaces. Mention très bien aussi pour leur plateau de fruits de mer royal, accompagné d'un demi-homard par personne et d'une bouteille de champagne. 115 € pour le plateau pour 2 avec le Veuve Cliquot et le homard, c'est raisonnable.

Ce que j'aime dans ce genre de resto, ce n'est pas seulement la qualité des produits et de la cuisine, mais aussi l'ambiance familiale et bon enfant. On est là pour se faire un bon petit gueuleton, sans chi-chi et sans manière.

 

Wenduinse Steenweg 16

8370 Blankenberge

050/411035

PS : ce n'est pas évident à trouver. Ca se trouve carrémement dans le port. Au pied de la première jetée quand on vient d'Ostende.