Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/11/2009

semaine de la frite

Cette semaine a été déclarée "semaine de la frite" par le Ministre (futur président du CDH) Lutgen. L'idée est de promouvoir un produit "bien de chez nous" avec des ingrédients "bien de chez nous" ... Je me suis dit pourquoi pas puisque la qualité des frites servies dans nos friteries a tendance à vachement  diminuer. En plus, on parle de friteries labelisées.

Je me rends donc sur le site dédié à cette semaine et je suis accueilli par une très jolie photo d'un cornet de frites et une chanson débile (et oui, c'est la crise, on a dû se rabattre sur une une société de communication au rabais). On dispose aussi d'une liste des friteries labelisées. Mais quand on s'intéresse aux critères du label, on est vite déçu ; il y en a 3 :

1° vendre principalement des frites

2° utiliser des pommes de terre fraîches et belges

3° n'utiliser que des barquettes ou des cornets en carton

Et on se dit : "hé qwé, c'est tout ?!?" La cuisson, l'utilisation de graisse de boeuf, le fait de peler et de couper les frites, des étapes fondamentales pour obtenir de vraies bonnes frites, on n'en parle pas ?

Bref, grande action de pub (de propagande diront certains) pour le lobby de la patate, mais rien de bien sérieux. Et pourtant, il y a à faire.

http://www.semainedelafrite.be/index.html

PS : je suis toujours demandeur d'adresses de véritables friteries.

08:52 Publié dans humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : frites

23/11/2009

expérience un peu surréaliste

Ce week end, nous étions invités à l'anniversaire d'une cousine. Nous étions une vingtaine et nous nous sommes rendus dans un restaurant dansant "tout-à-volonté". Rien que le nom, ça fait déjà un peu peur. En y arrivant, on a encore plus peur, vu le nombre de tables et la taille des buffets. Tout est fait pour rentabiliser chaque cm² du restaurant. Donc, on est parqué dans un coin de la pièce, presque les uns sur les autres (pas les uns dans les autres hein, c'était un restaurant dansant et non un restaurant baisant ; ça existe aussi mais je n'ai jamais testé).

Le côté surréaliste, c'est que vous payez 35 euros, vous mangez de la nourriture de cantine ou de réveillon cheap et vous faites le service vous-même.... Tout en se faisant bousculer ou en essayant de se faufiler entre une mamie et un mec obèse qui sont en train de suer sur une piste de danse...

A la moitié du repas, vous passez au barbecue. Il s'agit de cuire sa brochette sans se brûler, en jouant des épaules et sans écraser les gosses qui jouent autour du barbecue. Étonnamment le boeuf était passable et les côtelettes d'agneau plutôt bonne. C'est aussi à ce moment que le DJ s'est mis à passer de la musique. Je n'avais plus entendu un aussi mauvais DJ depuis le mariage d'un vague cousin fermier dont les parents qui s'étaient chargés d'engager le DJ avait un faible pour les tangos à l'accordéon.

La chance, c'est que les boissons sont aussi à volonté et qu'à partir de la 6ème pinte, on commence à prendre un peu de recul et à s'amuser :-) (sauf le Bob, hélas pour lui).

18/11/2009

Comment démolir un bon moment

Je ne sais pas si c'est le temps ou le fait que j'ai été un peu moins au restaurant ces derniers, mais je vais encore me plaindre un peu en vous contant une petite expérience.

Nous nous rendons dans un restaurant à grillade où nous avons quelques habitudes. C'est bien la 4ème ou 5ème fois que nous y allons et nous n'avons jamais été déçu. Accueil sympathique, bonne viande et prix très raisonnable. Nous commandons une Côte à l'os et précision bien qu'elle soit servie bien saignante (pour moi, une côte à l'os, c'est saignant, si vous n'aimez pas la viande de boeuf saignante, prenez du veau ou du porc ...).

Au moment où la pièce de viande est servie, elle est trop cuite. Nous le signalons à la serveuse et demandons une viande saignante. Là-dessus, la patronne avertie par la serveuse râle un peu, renvoie tout en cuisine, décide de ne plus nous adresser la parole. Quand on nous sert enfin notre viande cuite comme il le faut, plus d'accompagnement ... Nous réclamons et nous recevons une petite salade rapidement assaisonnée et non plus les crudités habituelles qu'on nous avait servies la première fois...

On a terminé notre plat, on a payé et on a décidé de ne plus y retourner. J'ai trouvé la réaction de la patronne édifiante. Alors que nous avions un bon contact avec cette personne, parce que nous avons réclamé ce que nous avions commandé, cela a presque été la guerre. A tel point que j'étais gêné d'avoir fait la réflexion (et là où il y a de la gêne, ...) alors que ceux qui devait être gêné, c'est bien les restaurateurs qui n'ont pas été capable de me servir une viande saignante. je peux encore comprendre une erreur, on s'excuse alors et on se débrouille pour réparer cette erreur. ici, on nous a bien fait comprendre que nous étions des emmerdeurs.

Non seulement, ils ont perdu notre clientèle, mais aussi celle de proches que se rendaient régulièrement chez eux...

PS : bon promis, la première fois je ne parlerai que d'expériences magnifiques ayant enflammé mon imagination et flatté mon palais