Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/04/2010

L'Art des mets

Et voilà, alleluia, résonnez musettes et sonnez clochettes, nous sommes enfin retournés au restaurant. C'est une découverte en plus ; dont plusieurs personnes m'avaient dit beaucoup de bien. Il s'agit donc de l'Art des mets (un nom qui en plus m'évite de chercher un jeu de mot pour mon titre), restaurant situé à Mons à proximité de la Grand Place.

C'est joliment et sobrement décoré, même s'il n'y a rien d'extraordinaire ou de surprenant. L'accueil est professionnel tout en restant sympathique et chaleureux.

Nous avons choisi le menu du moment. Quelques mises en bouche dont une bisque de homard et de langoustine. C'est bon et goûteux. Ensuite un trio de foie gras, le foie gras poëlé est cuit comme il faut et est délicieux, le parfais de foie gras est très réussi, par contre le foie gras classique est bon mais sans plus.

Ensuite, une raviole à la queue de boeuf accompagnée d'une crevette enroulée d'une tranche de pancetta servis sur une sauce au beurre et au vin. C'était très bon et savoureux. Ca donne d'ailleurs fort envie de recuisiner de la queue de boeuf qu'on avait trop souvent oubliée au profit de la langue. Voilà une viande qui apporte son lot de bonnes surprises.

Cette raviole était suivie d'un suprême de volaille fourrée à la mozzarella séchée avec morille, sauce à la truffe, petits pois et une pomme de terre surmontée d'un risotto. Encore une fois, un plat réussi et bien équilibré. J'aurais préféré que la truffe soit un peu plus présente.

Enfin, le dessert se composait d'une mousse de mascarpone et d'une dentelle en sucre avec gariguettes et glace au chocolat. Un dessert très réussi. Mention très bien aussi pour les mignardises accompagnant le café.

En ce qui concerne les vins, le champagne Jacquard était parfait, les blancs étaient très bien choisi, seul le rouge nous a déçu.

Enfin, l'addition se montait à 134 € pour 2. J'ai trouvé celà tout à fait raisonnable.

Bref, l'impression générale est très bonne et nous avons passé un trés bon moment. Il reste cependant une marge de progression, si tout était bon et savoureux, il manquait parfois ce petit quelque chose qui rend le moment inoubliable. C'est là que l'on comprend la différence entre un très bon restaurant et un restaurant exceptionnel. Mais ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit, ça reste une adresse que je conseille vivement. N'oublions pas non plus que nous sommes aussi dans une fourchette de prix que je trouve raisonnable pour ce qui nous a été servi.

PS : j'ai demandé à voir la carte des vins. une carte honnête mais sans plus. Le patron m'a dit qu'il venait juste de terminer sa nouvelle carte avec un sommelier et que celle-ci serait disponible dans les semaines à venir. Elle devrait comporter 200 références et être plus en adéquation avec l'appellation de restaurant gastronomique.

13/04/2010

Frites, frutes, fritus ??

Une fois n'est pas coutume, je vais vous dire du bien d'un produit surgelé. Vous serez encore plus surpris quand vous saurez qu'il s'agit de frites ... Eh oui, malgré mon goût immodéré pour les vraies bonnes frites, je mange aussi des frites surgelées ; et la plupart du temps, je les cuis au four !!!

Mais je vais faire une exception et ce pour plusieurs raisons. D'abord, parce que le produit est bon, ensuite parce qu'il me permet d'introduire une nouveauté qui n'est pas surgelée et enfin parce que je ne suis pas le premier à le faire. En effet, nos amis la fille et le garçon du blog "la cuisine à 4 mains" nous ont déjà présentés des frites surgelées. S'ils le font, je me permets de le faire aussi.

Il s'agit des fri'Style de Mccain. Il s'agit de frites coupées en forme de U. Hé bien, c'est vraiment une très chouette innovation. A mon sens, les frites sont plus croustillantes sans perdre de leur moëlleux. En plus, elle se prête très bien à la cuisson au four qui permet à des gourmands comme moi d'éviter la surenchère en graisse.

Plus globalement, cette nouvelle forme de frite semble être une très bonne innovation. En effet, j'ai eu l'occasion de goûter des frites fraiches découpées de cette manière et j'ai été conquis. On garde les avantages des bonnes frites, mais elles sont moins grasses.

Bref, dans notre optique de dire ce que nous trouvons bon, sans snobisme ni oeuillères, je recommande ces frites (non, je n'ai reçu aucun subsides de Mccain ou autres cadeaux... je vous vois venir, mais je ne suis pas encore le Jean-Pierre Coffe des blogs de cuisine).

PS : on devrait enfin se rendre dans un vrai restaurant dans les semaines qui viennent. On hésite encore entre les saveurs d'Edel ou l'art des mets à Mons. les saveurs d'Edel on connaît bien (voir ici), mais beaucoup de monde me dit du bien de cet art des mets.

02/04/2010

C'est du vin ....

C'est du vin disait la pub, mais de quoi parlait-elle ? De la Rodenbach pardi. Depuis les producteurs de vin ou les sociétés de protection des consommateurs ont mis fin à cette pub, mais la Rodenbach, elle, existe toujours.

S'il y a bien une bière qui n'aurait pu naître qu'en Belgique, c'est la Rodenbach. Il fallait que le brasseur de Roulers ait un amour immodéré pour la bière et une volonté d'anoblir ce produit pour créer la Rodenbach. Il n'est pas tombé dans la facilité en sucrant son produit, en diminuant le temps de maturation ou en laissant tomber les foudres en chêne pour des cuves de maturation en inox.

Et quand il décide d'affiner son produit, il crée une Rodenbach grand cru qui ne relève ses secrets qu'à ses plus fidèles admirateurs. Je ne parle même pas du vin de céréales, concentré de Rodenbach, un produit anti-marketing par excellence.

Bref, comme vous l'avez compris, je suis un grand admirateur de cette bière et je vous encourage vivement à faire l'effort de la découvrir et de la déguster (et sans grenadine par pitié). Si vous passez par la Côte belge (ou de Kust), n'hésitez pas à aller chercher votre petit sachet de crevettes grises à décortiquer, installez vous sur une terrasse (même s'il y a un peu trop de vent) et commandez une Rodenbach 33. Et puis, prenez le temps de savourer l'instant.

Vous êtes à Coxyde ! Profitez en, rendez-vous à la brasserie Noa, en face de l'arrêt de tram. On peut encore y déguster une Rodenbach Alexander qui n'est plus brassée depuis au moins 10 ans. Elle a terriblement bien vieilli. Vous y trouverez aussi le vin de céréales (mais je le conseille à un public averti).

http://rodenbach.be/rodenbach.php

10:24 Publié dans bières | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rodenbach