Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/03/2010

des nouvelles

Bonjour à tous. Un petit message pour vous dire que je ne vous oublie pas, mais la naissance de la petite suivie de quelques difficultés ne m'ont pas laissé beaucoup de temps, ni pour poster, ni pour aller au restaurant (ce qui est bien plus grave). Je me console en regardant top chef.

A bientôt

14:51 Publié dans humeur | Lien permanent | Commentaires (2)

04/03/2010

Youhouuuuuu

Le rythme des notes a un peu ralenti, je le sais. J'ai été un peu moins au restaurant ces derniers temps, mais c'est pour la bonne cause. En effet, depuis ce dimanche 28 février, je suis papa d'une petite fille.

Mais je ne vous oublie pas et je continue à cogiter....

09:34 Publié dans humeur | Lien permanent | Commentaires (1)

22/02/2010

L'amer est amour

Il y a quelques mois, j'ai lu un article qui relatait une expérience sur les goûts. Je vous rappelle (de manière un peu simpliste) que notre langue peut distinguer 4 goûts : le sucré, le salé, l'aigre (le sûre en bon belge) et l'amer.

Selon cette expérience, lorsque l'on donne du sucré à un bébé, il sourit (en tous cas, il montre son contentement). Lorsqu'on lui donne du salé ou de l'aigre, il grimace, mais il avale quand même. Par contre, il recrache systémtiquement l'amer. On explique ce comportement par la persistance d'un réflexe apparu au début de l'évolution. Ce serait un processus de défense contre l'empoisonnement. En effet, la plupart des végétaux dangereux seraient amers, le réflexe de recracher cette nourriture serait alors un geste de survie.

Quel est le lien avec la cuisine moderne me direz-vous ? Hé bien, j'estime que le goût le plus subtile et le plus complexe est justement l'amer. Il se conjugue de façon très large. Contrairement aux autres goûts qui eux sont très facilement reconnaissable. Cela signifie aussi qu'en cuisine, c'est l'amertume qui peut différencier un plat ou une boisson. C'est dans l'amertume que l'on pourra trouver la complexité qui rendra un plat inoubliable.

Cela signifie aussi que l'acquisition d'un certain "bon goût" doit s'apprendre, puisque nous savons maintenant qu'apprécier l'amertume n'est pas naturel. Cela devrait nous encourager à essayer de nouveaux plats, à nous habituer à certains goûts et que contrairement à ce que certains disent ou pensent, il n'y a pas de fatalité lorsqu'on apprécie ou pas une cuisine ; nos goûts peuvent évoluer, changer.

09:35 Publié dans humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : amertume