Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

02/12/2010

Une visite au château

Comme je vous l'avais dit, nous avons profité de la restaurant week pour tester le Château du Mylord. Le Château du Mylord est une institution en Hainaut. 2 étoiles au Michelin et 17/20 au Gault Millau. Alors, un lunch à 42 €, quelle aubaine...

Le restaurant est hébergé dans un manoir situé dans le pays des collines, à proximité de Ath. C'est une superbe région et rien que la promenade est très agréable. Si le manoir est joli, je l'ai peut-être trouvé un peu kitsch. C'est une construction bourgeoise typique du XIXème, un peu tape à l'oeil. Par contre, l'intéreieur est décoré avec beaucoup de goût. C'est sobre et chaleureux. Il y a beaucoup d'espace et on s'y sent très à l'aise.

Le personnel est évidemment très professionnel, mais il reste chaleureux et sympathique. Le jeune maître d'hôtel nous présente le menu restaurant week. Mais il nous propose directement une autre offre. En fait, il s'agit du même menu avec une entrée supplémentaire, l'apéro, le vin et le café avec ses mignardises. Son prix est le même que le menu restaurant week si on y ajoute le vin, apéro et café. Bref, il n'a pas dû insister longtemps pour que nous choisissions ce menu. Il se composait de :

- micro-menu d'apéritif

-St Jacques poêlée et marinée à l'escavèche de champignons, structures de "Butternut" et bonbon de foie gras

01122010079.jpg

- Homard cuit à basse température, nuances de brocolis et livèche, espuma de pomme de terre et émulsion de crustacés

- Filet de marcassin rôti, jus au poivre vert, boudin noir, chicon confit, crème de racine de cerfeuil

- Le choix entre les fromages affinés ou le chariot de desserts (on a évidemment craqué pour les desserts, mais avec un pincement au coeur en voyant les fromages...)

- Micro-menu de mignardises

Un magnifique champagne et apéritif (vraiment supérieur), un chardonnay de bourgogne avec les entrées (délicieux) et un médoc en rouge (pas mal du tout).

Alors, il n'y a qu'une photo car nous avons chaque fois été trop impatient, et nous avons oublié de photographier (oui, honte sur nous, mais c'était tellement appétissant).

Alors, c'était un menu très réussi, le chef n'a sûrement pas galvaudé ses étoiles. En outre, nous avons chaque fois été très bien servi, mention spéciale pour le homard où le chef ne s'est pas contenté de nous servir un mini- baby homard comme cela arrive trop souvent. De même pour les vins, le sommelier (vraiment très pro et sympa) ne nous a jamais oublié. Et je ne vous parle pas du chariot des deesserts, j'ai vraiment dû faire un effort pour ne pas prendre de tout.

Tout est très bien maîtrisé. les ingrédient sont de premières qualités, les plats sont plein de saveurs, très bien équilibrés. Nous avons passé un très bon moment.

Combien, me demanderez-vous ? Combien quoi ? Hé bien le prix insisterez-vous. Et c'est là que je vous surprendrai encore (et oui, c'est ça que j'aime avec ce blog, surprendre les gens). 95 € par personne, tout, tout compris. Je dois dire que quand on prend le temps de comparer, on est surpris par ce prix. Ce doit être un des meilleurs rapport qualité/prix que je connaisse (le dernier qui m'avait surpris, c'était Chez Dimitri il y a quelques années, mais depuis, la qualité a un peu baissé et le rapport n'est plus si avantageux).

Bref, je pense qu'ils ne devront pas attendre longtemps avant de nous revoir.

 

18/10/2010

Sans surprise

Ce week-end, petit resto avec ma grand-mère. Ca veut dire qu'il faut que je trouve un restaurant qui sert une nourriture classique pour elle, mais qui offre quand même une certaine originalité (pour moi).

Il y a quelques années, j'avais été à plusieurs reprises à l'Auberge fleurieà Houdeng (commune de La Louvière) et j'en avais un bon souvenir. Et bien, ça n'a pas changé.

Le restaurant est hébergé dans une vieille maison située en dehors de la ville. La décoration style vieille auberge oscille frôle le kitsch et est un peu trop chargée. Par contre, l'ambiance est chaleureuse, ce qui est plutôt agréable en ces temps de froidure. Le service est accueillant et sympathique.

La carte est assez classique. Le chef souhaite offrir une cuisine de qualité, raffinée et copieuse. Voilà la bonne adresse si vous avez faim. Nous avons commencé par une cassolette d'escargots à la savoyarde ; une variation de la tartiflette avec des escargots. C'est pas subtil, mais ça remplit son homme avec bonheur. J'ai ensuite choisi une côte à l'os. Le chef est venu me trouver pour me demander si ça ne me dérangeait pas quelle soit plus épaisse que normal, car sinon, il risquait de perdre un morceau de viande. Je ne me suis pas fait prier.

Enfin, 2 crèpes comédie française accompagnée de glace vanille pour terminer (cuite à la minute les crèpes). J'avoue ne pas avoir souper après ce copieux repas.

Alors, évidemment, la finesse et la subtilité n'étaient pas les premières qualités de ce repas. Mais, les produits de base étaient bons, la réalisation bien faite. Comme je le disais, le dessert n'est peut-être pas original, mais les crèpes étaient faites minutes et étaient très goûteuses. Et puis, ça fait du bien parfois de se faire un bon gueuleton. La bonne cuisine, ça peut-être aussi une bonne pièce de viande grillée, un plat avec beaucoup de crème fraîche... Foin de snobisme.

Donc une bonne adresse si vous avez faim.

06/10/2010

Mon repas au Karmeliet

Comme promis dans le post précédent, voici le détail de notre repas au karmeliet (avec les photos, !!).

Donc, nous avons été reçus au salon avec quelques mises en bouche. 02102010053.jpgUn cannelloni de filet d'Anvers farci de tartare de boeuf avec une rondelle de truffe, un morceau de saumon juste saisi sur une crème de champignons des bois, un tartare de tomate avec moules du bouchots et espuma de fromage (je ne sais plus lequel), biscuit, tête pressée et gâteau aux olives. Tout était délicieux, mention spéciale pour le cannelloni et le tartare de tomate. Nous avons pris une coupe de champagne comme apéritif.

C'est à ce moment là que le sommelier est arrivé avec son "bottin"... Évidemment, la cave à vin d'un tel restaurateur ferait pleurer de joie n'importe quel amateur de vins (il pleurera peut-être aussi de tristesse en voyant les prix...). Nous avons choisi, sur les conseils avisés du sommelier, un vinho verde portugais et un marsellan brésilien. Le vinho verde était très bien, le marsellan un peu plus décevant.

Ensuite, nous sommes passés à table et avons débuté notre repas avec la lisette marinée, huître Colchester, jus clair de tomates, radis en aigre doux et algues. Je n'ai hélas pas de photo de ce plat fabuleux (il faut croire que nous étions trop impatient de le déguster). La lisette est du jeune maquereau. C'était sublime, une nuance dans les goûts, une longueur, ... C'était assez japonisant, une sorte de soupe miso avec quelques algues fondantes. Un régal.

Nous n'avons pas non plus été déçu de la seconde entrée, le pavé de flétan, chou-fleur à brun et à blanc, crevettes grises de Zeebruges, jus à l'estragon. 02102010054.jpgEncore un coup de maître. Le flétan était d'un goûteux à se damner, quant aux variations autour du chou-fleur, c'était très impressionnant. Le chou cuit à brun était légèrement caramélisé, juste pour soutenir le goût du chou-fleur. Celui à blanc était entouré d'une très fine tranche d'omelette.

Vint alors, la langoustine "Royale" et ventrêche de porc "Duke of Berkshire" laqué, pommes vertes. Le porc était laqué et fondant, la langoustine, recouverte de coco et de curry était cuite à la perfection. Les pommes étaient joliment acidulée. Il s'agit encore une fois d'une entrée de haut vol. Mais elle n'atteignait pas le niveau des 2 précédentes. la langoustine au coco était plus "commune".02102010055.jpg

Nous avons terminé les entrées par la noix de St Jacques rôties, jus et cromesquis de lapin, poireau et pruneaux d'Agen. Le cromesquis de lapin est une sorte de raviole de lapin façonnée avec une pâte brisée. Le jus accompagné de ses pruneaux était parfait. La st jacques était cuite à la perfection. J'ai regretté la taille du poireau que j'ai trouvé trop envahissant. 02102010056.jpgCette entrée était donc aussi légèrement en-deça des 2 premières entrées (attention, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas écrit, ça reste de la cuisine de haut vol, spécialement pour le jus).

Le plat principal était une noisette de chevreuil en croûte de poivre noir, sauce poivrade, garniture forestière et chiconettes, un pâté chaud. Je dois dire que nous étions impatient de découvrir ce qu'était ce pâté chaud, nous n'avons pas été déçu. Voilà le genre de plat qui démontre la maîtrise du chef. J'ai commencé par goûter la sauce poivrade que j'ai trouvée un peu fade. Je suis ensuite passé au chevreuil et au pâté chaud (un pâté de cuisse de chevreuil), et c'est la que la magie a opéré. Toutes les saveurs se sont assemblées comme par enchantement. Ce que j'avais pris pour de la fadeur faisait partie d'un équilibre. 02102010059.jpgRien n'était inutile, l'équilbre était parfait. Très impressionnant.

Enfin, nous avons terminé par un chariot de fromages et les desserts. Le choix de fromages était conséquent et tous de qualité. Pour ce qui est des desserts, on se rend compte qu'il ne s'agit pas du point fort du chef. Nous avons d'abord reçu une brochette de figues cuites au vin, glace et espuma et ensuite glace à la poire accompagnée d'une mousse/coulis au chocolat chaud. C'était très bon, mais je n'ai pas retrouvé l'originalité et la force des plats précédents.

En conclusion, nous pouvons dire que nous n'avons pas été déçu. Le menu était à la hauteur de nos espérances. Je crois que toutes personnes qui s'intéresse à la gastronomie doit parfois vivre de telles aventures. On comprend alors la différence qu'il peut y avoir entre de très bons chefs et certains qui volent au-dessus du lot.

Le chef est passé en salle à la fin du repas. On aurait dit un petit homme timide, un peu gêné d'être là pour recevoir nos félicitations. Pas vraiment l'image que l'on se fait d'un grand chef.