Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

04/10/2010

Quand on s'approche de la perfection

Sonnez hautbois, résonnez musettes... Voilà, c'est fait, j'ai mangé dans un restaurant 3 étoiles. Ca manquait, c'est accompli.

Comme je vous le disais précédemment, nous avons réservé une table au Karmeliet à Bruges. Son Chef, Geert Van Hecke est le seul chef avec Pieter Goosens à avoir 3 étoiles en Belgique.

Alors, pour vous narrer cette aventure, je vous propose 2 épisodes (peut-être même 3). Dans un premier temps, je citerai le menu (juste pour vous donner envie) et je vous donnerai mes premières impressions. Je reviendrai plus tard avec un post qui détaille le menu avec des photos (et oui, des photos, je sais que ce n'est pas habituel sur ce blog, mais l'occasion valait la peine).

Voici donc le menu. Evidemment, comme ce n'est pas fréquent de se rendre dans ce genre de resto, nous avons pris le Grrrand menu, n'est-ce pas, le fameux Brugge Die Scone :

  • Lisette marinée, huître Colchester, jus clair de tomates, radis en aigre doux et algues
  • Pavé de flétan, chou-fleur à brun et à blanc, crevettes grises de Zeebruges, jus à l'estragon
  • Langoustine "royale" et ventrêche de porc "Duke of Berkshire" laqué, pommes vertes
  • Noix de Sain Jacques rôties, jus et cromesquis de lapin, poireau et pruneaux d'Agen
  • Noisette de Chevreuil en croûte de poivre noir, sauce poivrade, garniture forestière et chiconettes, un pâté chaud
  • Le chariot de fromages fermiers, les fruits confits en croûte de pain
  • les douceurs autour de fruits et chocolats

Rien que le menu, c'est tout une aventure n'est-ce pas. Et encore, je n'ai pas cité les mises en bouche et les mignardises.

Bien, nous avons été épaté par certains plats, des nuances, de l'équilibre, des associations, des saveurs, ... Vraiment, c'est très impressionnant. Nous avons aussi beaucoup aimé l'accueil, très sympathique et professionnel, pas hautain ou obséquieux. Nous avons aussi été content de pouvoir serrer la main du chef en personne à la fin du repas.

Nous avons un peu regretté le nombre de couverts. Il y avait de la place entre les tables, mais on aurait préféré une ambiance un peu plus intimiste.

Enfin, nous n'avons toujours pas tranché si l'aventure valait le coup en terme de prix. Car évidemment, c'est pas donné. D'un autre côté, on frôle parfois la perfection.

Voilà le début de la réflexion et je vous laisse méditer ces quelques informations. Je m'attelle dès que possible à la rédaction d'une critique détaillée des plats.

01/10/2010

Impatience et pizzas

Je tiens d'abord à vous remercier. En effet, si malgré un titre aussi navrant, vous venez lire ma note, c'est que vous êtes très motivé par ce blog. Et pour ça, je veux vous remercier.

Alors, pourquoi ce titre. D'une part, comme vous le savez, je vais au Karmeliet à Bruges demain, de là vient l'impatience. j'ai encore été relire le menu sur leur site, madre dios...

D'autre part, j'ai été voir un concert hier à Tournai. Avant le concert, nous sommes allé manger au restaurant La Villa Bellini, qui se trouve sur la Place Saint-Pierre.

J'avais envie de vous parler un peu de ce restaurant et ce, même s'il ne propose qu'une cuisine italienne assez classique. D'abord, l'endroit est assez joli. Il s'agit d'une ancienne droguerie qui a été transformée en restaurant. Les murs sont couverts de boiseries et de petits tiroirs tous identifiés par une plaque en céramique avec des noms tels que bleu de Russie, sel à pitre, cloux de girofle, ... Rien que l'endroit vaut la visite.

Ensuite, même si la cuisine est classique, la nourriture est très bonne. Les pizzas (que je n'ai pas goutées) avaient l'air très appétissantes. Nous avons choisi des spaghettis à la vénitienne. Ce sont des pâtes servies avec une sauce tomate aux petits pois et au jambon cru. L'orginalité, c'est qu'elles sont servies dans une papillotte qui est recouverte de mozzarella et passée au four.

Pour compléter votre soirée, je vous conseille un petit tour au pub O'Malley qui se trouve juste à côté. On y sert une très bonne guiness à la pression.

19/09/2010

Quand un Italien se transforme en Français

Ce week-end, c'était mon anniversaire. Ne croyez pas que je vous le rappelle pour obtenir vos bons voeux (même si ça fait toujours plaisir), mais c'était surtout une occasion pour me faire offrir un restaurant. J'ai assez bien manoeuvré je dois dire. Il y avait un bout de temps que j'avais envie d'essaeré "Chez Ugo" situé à Haine-St-Pierre, à côté de La Louvière. Les critiques, en général étaient plutôt positives (voir ici par exemple). En plus, pour une fois qu'un restaurant tente quelque chose d'original à La Louvière, ça vaut la peine de l'encourager.

Hé bien, nous n'avons pas été déçu. Le restaurant, bien que situé dans un quartier assez peu reluisant, est joliment décoré. C'est sobre et moderne. La salle, assez petite, reste un chouia bruyante (nous étions 7 avec des enfants, donc le son est vite monté).

Le service est professionnel et attentif. Il pourrait être un peu plus chaleureux (mais c'est vraiment pour chipoter).

Nous avons commencé par un velouté de St Jacques surmonté d'un espuma de pêche de vigne comme amuse bouche. C'était très goûteux et d'une présentation originale. La première entrée était un carpaccio de boeuf aux épices accompagnés d'un tartare d'huître. Une bien belle entrée, originale, avec une viande de qualité. Nous nous sommes régalés. La seconde entrée était des coquilles St Jacques gratinées au pecorino sur un lit de raisins aux pistaches et un espuma de mascarpone. Les coquilles St Jacques était délicieuses. Par contre, j'ai trouvé le lit de raisins un peu trop sucré, en fait, je ne suis pas certain que les raisins étaient le bon choix d'accompagnement.

Ensuite, le plat se composait d'un magret de canard cuit à basse température, accompagné d'un flan de petits pois et d'une échalote confite. C'était un plat très réussi. Tout le monde autour de la table été épaté de ce plat savoureux et équilibré. Les assiettes étaient relativement généreuses (c'est quand même un resto gastronomique), mais personne n'en n'a laissé.

Enfin, vint le dessert. Certains avaient été déçus. Il faut croire que le chef a retenu la leçon. Nous nous sommes vus servir une soupe de melon accompagné d'un cube citronné légèrement glacé. C'était très rafraîchissant, original sans être compliqué.

Comme vous l'aurez compris, nous sommes sorti satisfait du restaurant. Si le chef est d'origine italienne, c'est surtout au niveau de la carte de vin que cela se voit. Sinon, s'il y a bien quelques clins d'oeil à l'Italie (comme le Pecorinno, la mozzarella ou le pesto), ses influences sont surtout françaises. Sa cuisine est originale, cependant le chef conserve encore une fameuse marche de progression. On devine les bonnes idées et la technique et je suis persuadé qu'il va dans la bonne direction.

Voilà donc une adresse qui mérite nos encouragements.

PS : j'oubliais le prix du menu, 55 € sans les vins. On n'a vraiment pas été volé.